Blog

Courtoisie aux bornes de recharge ? Les 5 règles d’or !

  |   Astuces d'Edison, Auto, Batteries, nouvelles technologies, Presse, Véhicule électrique

Nous y avons fait allusion dans notre précédent article concernant l’assurance du câble de recharge : avec le développement rapide du véhicule électrique, apparaissent de nouveaux comportements, dont certains ne sont pas très positifs. Aujourd’hui, nous allons évoquer la courtoisie lors de la recharge de votre VE.

 

 

Premier arrivé, premier servi ?

Question de logique, tout comme dans le métro, à la sécurité sociale, à la caisse d’Auchan, le premier qui arrive à la borne prend la charge en premier. Mais contrairement aux 3 précédents exemples, une charge ne dure pas 5 minutes, mais plutôt 30 minutes en moyenne, voire plusieurs heures si la borne et/ou votre VE ne dispose(nt) pas de la charge rapide ! Et là, pour le deuxième ou troisième véhicule qui attend sa recharge, il va falloir faire preuve de diplomatie…

 

En effet, tout le monde n’a pas le même usage de son véhicule électrique. Certains ont besoin d’un petit complément de charge pour rentrer chez eux, et d’autres parcourent plusieurs centaines de kilomètres dans la journée et doivent raccourcir leurs multiples temps de recharge. Si chaque point de charge pouvait permettre de charger 2, 3, 4 ou 5 véhicules électriques, ce serait bien plus facile, mais aujourd’hui, la majorité des points de charge ne permettent de charger qu’un ou deux véhicule(s) à la fois.

 

En bref, soyez fair-play ! Posez-vous toujours la question : « je suis en train de recharger car je suis le premier arrivé, mais ai-je autant besoin de recharger que le deuxième ou troisième usager ? »

 

 

Le débranchement sauvage, une pratique à proscrire

Première tentation de l’utilisateur de VE, débrancher le premier véhicule arrivé. Si la pratique est plutôt facile avec les connecteurs type 1 ou ChaDeMo (les standards de connecteurs les plus anciens), la manipulation est plus complexe avec les plus récents Type 2 et Combo, qui disposent d’un loquet électrique au niveau de la trappe de charge du véhicule, afin d’éviter la déconnexion non autorisée.

 

Quel que soit le connecteur, il faut impérativement bannir cette pratique. Dangereuse d’une part, car elle peut provoquer un arc électrique : la borne et le véhicule n’ayant pas été « prévenus » du débranchement, un courant de 220 à 400 volts circule encore dans les câbles, pouvant être fatal au « débrancheur« , avec un facteur aggravant sous la pluie.

 

Fatal également pour la borne de charge : n’avez-vous jamais râlé devant une borne en panne ? Dans la pratique, la majorité des bornes disjonctées ou hors-service, le sont à cause d’un débranchement mal effectué, qui peut faire disjoncter l’appareil, voire détruire ses circuits électroniques (la fameuse « Carte AC ou DC en défaut » des bornes DBT !). Les services de maintenance des bornes étant aujourd’hui encore balbutiants, suite à un débranchement sauvage il n’est pas rare de voir un point de charge inutilisable pendant plusieurs mois, pénalisant plusieurs dizaines (voire centaines pour les points convoités) d’utilisateurs.

 

Et que dire de la dégradation du véhicule électrique ? « J’ai déjà vu une trappe arrachée sur une voiture qui monopolisait une borne depuis trop de temps » témoigne Thierry Bertin, utilisateur bien connu du Kia Soul EV noir & rouge, dans un article édifiant de Philippe Schwoerer sur Automobile-propre.

 

 

Quitter ou rester dans son véhicule en charge ? That is the question* !

Pionniers dans le domaine de l’électro-mobilité, les centres commerciaux ont été les premiers à comprendre leur intérêt à installer des points de charge pour TOUS les véhicules électriques (Auchan avec les bornes DBT en partenariat avec Nissan, Intermarché avec Lafon Pulse, Leclerc, Super U, Carrefour, etc… ), et ce bien avant les opérateurs électriques qui sont, encore aujourd’hui, en cours de déploiement de leurs réseaux (Spie-Orios, Reveo, Sodetrel… ).

 

Ces grandes enseignes commerciales ont énormément contribué depuis 2010 – et contribuent encore aujourd’hui – au développement de la voiture électrique. Il est évident que par courtoisie et en contre-partie de la gratuité de la charge, le conducteur de véhicule électrique fasse quelques emplettes dans le commerce qui lui offre ses électrons. Un petit geste qui permettra à terme d’étendre à l’infini le réseau de bornes, voire à inciter les commerçants à installer encore plus de points de charge au sein d’un même parking.

 

Dans la même logique, les mairies ont emboité le pas et pour certains lieux touristiques, attirent les utilisateurs de VE avec des bornes souvent gratuites. Alors pourquoi rester planté devant la borne au lieu de visiter la ville ?

 

Dilemme !

Faut-il rester dans le véhicule pour éviter un débranchement sauvage ou aider un usager en difficulté ? Et bien la réponse est assez simple : oui vous pouvez, mais c’est dommage, car pour pouvoir profiter (et faire travailler) un commerce ou un lieu touristique pendant la charge, il existe une technique redoutable : laissez vos coordonnées !

 

 

Laisser ses coordonnées, une évidence à généraliser

La communauté des utilisateurs de véhicules électriques étant encore minuscule au regard des utilisateurs de véhicules thermiques, elle permet donc un échange humain incroyable. Dans cette logique, une association pionnière de la voiture électrique, l’ACOZE – Association des COnducteurs de véhicules Zéro Emission – a inventé un système simple mais terriblement efficace : le disque de charge, avec les coordonnées du propriétaire :

 

Une belle initiative de l’ACOZE : le disque d’attente à la borne de recharge, à poser derrière votre pare-brise.

 

Imprimé à la maison, il ne coute rien. Vous pouvez également faire preuve d’initiative en créant votre propre panneau, ou en laissant un simple post-it sous votre pare-brise avec votre numéro de téléphone : simple, efficace, et terriblement sympathique.

 

Aucune limite dans la création, une autre façon de communiquer ses coordonnées aux autres usages de VE.

 

 

La patience, maître mot des conducteurs de VE

Vous avez fait un choix différent, parfois incompris, mais résolument avant-gardiste en choisissant de rouler en VE.

 

Mais également un choix plus humain, plus respectueux de l’environnement et des Hommes. Ce fameux « respect » se retrouve dans la patience que tout conducteur de véhicule électrique a au fond de lui : au volant, au bar du coin en expliquant son éco-démarche au conducteur de diesel borné, à son conjoint en lui expliquant qu’il va falloir « faire un détour car la borne est panne« …

 

Alors pourquoi ne pas profiter de ces temps d’attente et de charge pour discuter avec d’autres utilisateurs ? Conseiller des badauds qui tournent autour de la borne, et si vous n’êtes pas d’humeur à papoter, beaucoup de véhicules électriques sont équipés de lecteurs vidéos (DivX) intégrés ! (Kia Soul EV, Smart ED, etc… ).

 

Envie de balader en attendant votre tour de charge ? N’hésitez pas à laisser votre trappe de charge ouverte afin d’indiquer au véhicule en cours de charge que vous aurez besoin d’énergie après lui, et pourquoi ne pas lui laisser un petit message sympa sur son pare-brise ou un SMS si son numéro est indiqué ?

 

Qui a dit que les conducteurs de véhicules électriques n’avaient pas le sens de l’humour ?

 

 

Les conseils d’Edison d’Inspeer

Edison, notre manchot assureur d’Inspeer, l’assurance des véhicules électriques, couvre les dégâts causés aux câbles de recharge et aux véhicules endommagés par des tiers pendant la recharge. Mais il préfère largement anticiper les risques avec quelques conseils simples, et ainsi éviter le stress et le découragement liés à la dégradation de votre cher VE :

 

  • Faire preuve de fair-play, et laisser la place au conducteur de VE qui a le plus besoin de recharger
  • Ne jamais faire un débranchement sauvage : dangereux, destructeur et agressif
  • Toujours laisser ses coordonnées téléphoniques sous son pare-brise
  • Faire travailler le commerce ou la ville qui vous offre la charge, pour encourager l’installation de futures bornes gratuites
  • Faire preuve de patience, c’est aussi cela rouler en électrique !

 

En conclusion, avec de plus en plus de VE sur nos routes, et des batteries qui ne cessent de grandir – et donc d’allonger les temps de charge – c’est bien la courtoisie et un certain sens du respect et de l’organisation, qui feront prendre au véhicule électrique un véritable essor, doublé d’un courant de pensée très positif…

 

 

* « That is the question » : Telle est la question

 

Crédits photo : Laurent Almeras & Sebastien Gall (Leaf France Café), ACOZE, Automobile-propre.

 

 



Paste your AdWords Remarketing code here