Blog

C’est la rentrée ! Le véhicule électrique est-il (encore) réservé à la ville ?

  |   Auto, Batteries, Moto, Presse, transports, Véhicule électrique

Trop souvent cantonné aux simples trajets travail-courses-maison, le véhicule électrique souffre encore aujourd’hui d’une image « strictement urbaine ».  Pourtant, quelques voix d’utilisateurs aguerris, passionnés ou simplement habitués, s’élèvent pour clamer « oui, on peut partir loin en VE !« .

 

Alors le véhicule électrique, galère extra-urbaine ou formidable compagnon pour partir en vacances ?

 

Toujours plus d’autonomie

Depuis 2010, et l’arrivée de la bien connue Nissan Leaf (250 000 exemplaires vendus dans le monde), la course à l’autonomie est lancée : 190 puis 250 km NEDC ! 212 à 250 km pour le Kia Soul EV, 280 km (Hyundaï Ionic), 190 puis 300 km (BMW i3), 210 puis 400 km pour la petite chérie des Français, la Renault Zoé, et maintenant 520 km pour l’Opel E-Ampera ! Et que dire du record toute catégorie qui revient à la désormais célèbre Tesla Model S avec 900 km effectués lors d’un challenge électrique.

 

Essence et électrons au coude à coude ?

Aussi difficile à croire, beaucoup de véhicules thermiques ne peuvent pas prétendre à de meilleures autonomies !

 

Nos amis motards vous le diront, difficile de faire plus de 250 km avec un petit réservoir d’essence de 15-20 litres ! Pourtant, les motards restent-ils cantonnés à la ville avec si peu d’autonomie ? Certainement pas ! En solo, en duo, en groupe ou en club, ils parcourent la France, l’Europe et pour les plus chanceux la célèbre USA’Route 66 en long, en large et en travers… (Edison d’Inspeer Assurance me le confirme : « ne roulez pas en travers, c’est dangereux ! »).

 

Vous préférez rester bien stable sur vos quatre roues ? Un heureux conducteur de Ford Mustang neuve, avec son réservoir de 59 litres, ne pourra espérer plus de 350 km en conduite mixte…

 

Un peu d’histoire ? En 2000, La New-Beetle de Volkswagen consommait, en version essence, près de 12 litres aux cent kilomètres en usage urbain, soit 400 km d’autonomie : comme une Renault Zoé !

 

Et nos parents ? Ils descendaient tranquillement la nationale 7 à 80 km/h, en quête de soleil et de plage dans leurs gourmandes Renault 18, combi Volkswagen, Citroën 2 cv et autres Peugeot 505, en faisant la traditionnelle pause station-service tous les… 300 km, comme une BMW i3 si vous suivez-bien 🙂

 

Toujours plus de bornes de charge

Lors de l’arrivée de notre Nissan Leaf en 2010, soyons réalistes, il n’y avait quasiment aucune borne de charge en France. En 2017, il y a aujourd’hui selon Chargemap, 46 139 zones de charge, soit 147 272 prises !

 

En parallèle, le nombre de stations service en France a été divisé par 4 depuis 1980, passant de 47 500 en 1975, à 11 269 en 2015.

 

Effet révélateur ?  il y a aujourd’hui plus de points de charge que de pompes à carburant, essence et diesel confondus : fulgurant.

 

Des réservoirs qui rétrécissent, des batteries qui grandissent

Une enquête des journalistes de Que Choisir nous explique pourquoi les bons vieux réservoirs de carburant fossile rétrécissent. En cause, la chasse au poids, et la recherche d’espace dans des véhicules déjà  surchargés d’électronique et de renforts de sécurité. Oserais-je rajouter qu’il faut bien compenser le poids énorme d’un moteur diesel, greffé d’un voire deux turbocompresseur(s), d’une vanne EGR et du célèbre FAP* désormais obligatoire ?

 

Face à cela, les batteries voient leurs capacités augmenter chaque année. Mieux, grâce aux avancées technologiques, elles ont plutôt tendance à s’alléger grâce à l’utilisation du lithium polymère, sans pour autant grossir (Exemple, la Renault Zoé qui est passée de 22 à 41 kw (210 à 400 km NEDC) en seulement 4 ans, avec le même encombrement et à peine 20 kg de plus (le poids d’Edison et toute sa famille sur la banquette arrière !) : un modèle du genre.

 

Une image urbaine qui colle à la carrosserie

Finalement, quel est le plus grand frein à la sortie du VE des villes ? L’autonomie ? Le nombre de points de charge ? Pas vraiment !

 

Le plus gros défaut de la voiture électrique aujourd’hui, c’est bien son image dans la société, ancrée sur des exemples dépassés de véhicules urbains électrifiés à la hâte dans les années 70, 80 et 90, bien loin de la réalité des avaleuses de bitume électriques de 2017…

 

Et vous, quel est votre plus long trajet estival en électrique ?

 

 

 

* FAP : Filtres A Particules, obligatoire en France sur les véhicules diesel depuis janvier 2011

Crédit photo : « Un été en Zoé » – Renault, Sandra Reinflet et Mathilde Terrier



Paste your AdWords Remarketing code here