Batterie en diamant ou en graphène? Route à induction ou borne de recharge ? L’avenir du VE commence maintenant.

route de nuit

Batterie en diamant ou en graphène? Route à induction ou borne de recharge ? L’avenir du VE commence maintenant.

  |   Auto, Batteries, nouvelles technologies, transports, Véhicule électrique

 

 

 

La batterie au graphène : Une histoire pleine de rebondissements.

 

 

La batterie au graphène semble être pour beaucoup de personnes, la prochaine étape importante pour améliorer les batteries des voitures électriques. Mais pourquoi tant d’engouement ? Quelles sont les promesses de ce nouveau type de batteries? Niveau rapport poids/capacité de stockage d’énergie, elle permet de stocker 1 kwh d’énergie dans un kilo. Cela les rendrait 4 fois plus efficace qu’une batterie au lithium. Un autre avantage du graphène est qu’il peut être utilisé sous forme de feuilles très fines, permettant d’augmenter la surface d’échange et d’améliorer ses capacités. De plus, sa très bonne conductivité permet d’éviter les pertes d’énergie et la surchauffe de la batterie.

 

 

Auparavant, la critique majeure adressée au graphène était son coût de production. Certaines personnes déclaraient même que le coût de production du graphène en milliards d’euros par mètre carré. Mais ça, c’était avant 🙂 Il se trouve qu’une équipe a accidentellement trouvé le moyen de créer du graphène à moindre coût dans des volumes important. Encore une erreur ou une découverte involontaire qui a produit une information importante en matière de stockage d’énergie électrique. Vous retrouverez un article consacré à cette découverte ici.

 

 

Fisker Karma

La Fisker Karma, nous n’avons pas trouvé de photos de Emotion disponibles

 

 

D’ailleurs, certains ont déjà misé sur le graphène. Le nouveau modèle Emotion de la marque Fisker, un coupé haut de gamme avec une autonomie annoncée de 650 km, compte révolutionner le monde du véhicule électrique avec sa batterie au graphène (sortie prévu le 17 août prochain)

Fisker n’en est pas à son coup d’essai, ils avaient en effet sorti la fameuse Karma, première voiture électrique avec des panneaux photovoltaïques sur le toit. Ce nouveau modèle, qui promet 650 km d’autonomie, a de quoi susciter l’envie de tous les conducteurs de véhicules électriques. Néanmoins, elle ne devrait pas concurrencer la Renault Zoe ou la Nissan Leaf. En effet, avec un prix d’achat annoncé supérieur à 100 000€ cela semble plutôt être un concurrent potentiel pour Tesla. C’est le prix à payer pour l’innovation, nous espérons juste que la batterie au graphène va se développer car elle semble être une réponse idéale et à portée de mains pour répondre aux problématiques liées au batterie lithium. On pense bien sûr à l’autonomie, la durée de vie de la batterie et sa vitesse de rechargement.

 

 

 

 

Batterie en diamant, ou comment transformer nos déchets radioactifs en batterie durable.

 

 

Ne vous attendez pas à avoir un bloc de diamant sous le capot. Surtout d’ici demain. Il s’agit d’une découverte encore récente qui ne demande qu’à être poussée et exploitée.

 

Ce projet est né suite à la découverte de Tom Scott de l’université de Bristol. Sa recherche portait sur un moyen de réutiliser les déchets radioactifs issus de la production d’énergie nucléaire. Les matériaux utilisés pendant les étapes de fission de l’atome sont composés d’une quantité importante de carbone, tout comme les diamants. Sans rentrer dans une explication trop scientifique le concept repose sur la création grâce aux déchets issus de la production d’énergie nucléaire, de diamant radioactifs, obtenus grâce à la concentration du carbone.  Ces diamants une fois créés, permettent pour l’instant de délivrer de petites quantités d’énergie, mais cela de façon continue pendant environ 10 000 ans.

 

Le terme de radioactif pourrait en effrayer certains, mais en utilisant un autre matériau comme le carbone 14 la portée de la radioactivité serait limitée. De plus ces diamants radioactifs seraient enfermés dans un autre diamant pur, afin de contenir toute émission radioactive.

 

Aujourd’hui ce type de batterie apparaît plutôt comme étant une solution pour les implants de stimulateurs cardiaques et même pour alimenter en énergie des satellites. Nous parlons quand même là d’une batterie capable d’atteindre les 10 000 ans de longévité. Rien n’est jamais simple mais cette solution de long terme permettrait à la fois de : recycler une part des déchets nucléaires, faire des batteries durables et faire des batteries qui n’ont pas besoin d’être rechargées. Certes, nous sommes encore loin d’alimenter en énergie une voiture il faut l’avouer, mais à long terme tout est possible. En attendant, le passage aux batteries graphène semble déjà plus abordable et envisageable. En complément, voici un article en VO avec une vidéo explicative.

 

 

 

 

Recharger en roulant, la fin annoncée des bornes?

 

 

Revenons sur un sujet concret et réel. Cette fois il ne s’agit plus juste d’une technologie de laboratoire mais bien d’expérience en condition « quasi-réelle ». Déjà utilisée en Corée du Sud et aux Etats-Unis, et en phase de test au Royaume-Uni, la recharge mobile par induction arrive en France.

Cette démarche a été initiée grâce à un programme européen réunissant d’importants partenaires comme Renault. Ce système de recharge par induction n’est pas nouveau mais des améliorations restent à faire. Bien entendu, il ne suffit pas simplement de faire passer n’importe quelle voiture électrique sur cette route pour la recharger. Il faudra que sa batterie soit compatible avec ce mode de chargement, il lui faudra ce qu’on appelle des bobines de réception afin de capter l’énergie émise par les bobines placées sous la route.

 

Une piste expérimentale d’une longueur de 100 mètres a déjà pu voir le jour à Versailles dans le quartier Satory. Les tests se sont avérés concluants cependant il reste certaines choses à améliorer. Contrairement à la piste expérimentale la route sera recouverte de plusieurs centimètres de goudron, cela pose donc un problème de conductivité.

 

Cependant les chercheurs restent confiants sur la véracité de cette technologie. Ils imaginent un monde où les voitures électriques pourront se recharger pendant qu’elle roule, sur des voies prévues à cet effet. Fini les poses recharges, tout cela parait possible, laissons le temps à la recherche de faire son œuvre. Vous retrouverez un article et des images de cette expérience dans cet article.

 

 



Paste your AdWords Remarketing code here