2000 km de recharges rapides le long de la grande barrière de corail. Que demander de plus ?

2000 km de recharges rapides le long de la grande barrière de corail. Que demander de plus ?

  |   Auto, International, transports, Véhicule électrique

Dans un pays où se rendre d’une grande ville à une autre peut représenter un défi même avec un véhicule thermique, on peut se laisser penser que le véhicule électrique aura du mal à y faire son nid.

 

C’était sans compter sur les pouvoirs publics australien, plus précisément ceux du Queensland (un des 6 états d’Australie), qui semblent avoir compris l’intérêt et la nécessité du VE. En effet, ces derniers prévoient de mettre en place les infrastructures nécessaires pour faire un trajet de 2000 km en voitures électriques, alimentées exclusivement par des stations de recharges rapides.

 

Ce choix ne s’est pas fait sans raison, le Queensland d’après des études se trouve être l’état le plus polluant d’Australie. Les bornes seront installées du Sud de Brisbane dans la ville de Coolangatta jusqu’à Cairns, 2000 km plus au Nord. Dès lors, il sera possible de partir de la capitale Brisbane pour se rendre jusqu’à Cairn et de longer la grande barrière de corail en Véhicule électrique. Pour cela il sera installé 18 bornes à recharge rapide, qui devraient être mises à disposition gratuitement la première année.

 

Concernant les habitants du Queensland un sondage indique que 50% d’entres eux envisageraient un passage aux véhicules électriques ou hybrides lors des 2 prochaines années. Ils déclarent aussi que la mise en place d’infrastructures de recharges rapides serait un des critères les plus incitatif pour passer à l’éco-mobilité.

 

Espérons que ce projet à 3 millions d’euros pousse d’autres états à faire de même en Australie. D’autres routes présentent les mêmes caractéristiques, comme la mythique route du Nullarbor permettant d’aller de Perth à Adélaïde. Qui sait ? Peut-être que d’ici quelques années le tour de l’Australie pourra se faire en véhicules électriques et que les backpackers troqueront leurs vieux vans thermiques contre un véhicule électrique. (Attention cependant aux kangourous. Mieux vaut équiper sa voiture électrique de sifflet à ultrasons pour éviter les collisions.)

 

Cette volonté de promouvoir les modes de transport vert est honorable. Certes, toute comparaison entre la France et l’Australie au niveau de l’éco-mobilité ne serait pas pertinente. Les réseaux routiers sont de natures complètements différentes, les distances entre les villes sont beaucoup plus grandes. Cependant mettre en place un réseau permettant de faire plusieurs milliers de kilomètres avec des recharges rapides est un joli pied de nez aux critiques faites au VE concernant le temps de chargement et le manque d’infrastructures pour la recharge.

 

Vous retrouverez l’article original ici



Paste your AdWords Remarketing code here